Quelles exigences règlementaires ? (6/7)

Dans le Bulletin d’Information BI2014/01, la DGAC nous rappelle que la compréhension des documents rédigés dans une langue étrangère est une «difficulté qui n’est pas suffisamment couverte formellement par la réglementation».

Les textes sont donc peu précis mais disent cependant les choses suivantes :

Part 21 G et J – POA et DOA

Pas d’obligation réglementaire de la part de l’EASA pour les personnels des ateliers. Cependant le niveau exigible pour les techniciens et basé sur le bon sens. Les gammes de montage sont en anglais, la communication avec les clients se fait en anglais, nous devons pouvoir prouver que les intervenants comprennent l’anglais écrit suffisamment.

Part M sous partie G, les organismes gestion de maintien de navigabilité dits CAMO

L’obligation est de rigueur et c’est plus que du bon sens. Les personnels doivent pouvoir comprendre de manière précise les données d’entretien et les instructions de navigabilité en général. Ils doivent également pouvoir communiquer de manière à éviter les malentendus et les effets indésirables d’une communication en langue étrangère non maîtrisée.

Part 145, organismes de maintenance

  • EASA Part 145 : « Les personnels APRS doivent être capable de lire, écrire et s’exprimer à un niveau compréhensible dans la ou les langues de la documentation technique et des procédures nécessaires à la délivrance du certificat de remise en service. »
  • USA : La FAA impose un niveau de maîtrise sensiblement identique et l’obligation de pouvoir parler n’est pas mentionnée dans la réglementation.
  • Chine : La CAAC pour l’agrément CCAR-145 de l’autorité civile chinoise, impose que les personnels APRS parlent l’anglais de manière satisfaisante.

A vous de vous conformer à votre bon sens  ou de nous contacter pour en décrypter les contours ! Lire la suite