Arrêtez d’essayer d’être heureux au travail

SOURCE : Harvard Business Review – 23 / 08 / 2021

Le 02/08/2021 par Susan Peppercorn - Temps de lecture : 6 minutes


Que cherchons nous vraiment quand nous disons vouloir trouver plus de sens à notre travail ? En quoi cela diffère-t-il du bonheur ? D’après le psychologue Roy Baumeister et ses collègues, il existe cinq grandes différences entre ces deux notions.


Le bonheur au travail fait couler beaucoup d’encre. Et pourtant, rares sont ceux qui savent l’atteindre, à en juger par les chiffres de l’institut Gallup, selon lequel 85% des salariés ne sont pas engagés dans leur travail. Comme nous consacrons en moyenne 90 000 heures de notre vie au travail, il est évidemment très utile de comprendre comment optimiser ce temps passé à gagner notre vie. Mais cela est plus compliqué qu’il n’y paraît : si vous faites du bonheur votre principal objectif, il risque de vous échapper. Car le bonheur (comme toutes les émotions) est un état passager et non permanent. Une autre approche, plus concluante, consiste à privilégier la recherche de sens dans votre activité professionnelle.
Comme l’a expliqué Emily Esfahani Smith, les personnes qui cherchent à trouver du sens à leur vie personnelle et professionnelle atteignent généralement un niveau de bien-être supérieur à celui des autres. Des études montrent que faire en sorte que le travail ait plus de sens est l’un des moyens les plus puissants, mais les moins utilisés, d’augmenter la productivité, l’engagement et la performance. Dans une enquête réalisée auprès de 12 000 personnes, 50% d’entre elles ont déclaré ne pas avoir l’impression que leur travail avait un sens ou une importance véritable. Mais celles qui en avaient l’impression affichaient un niveau de satisfaction au travail 1,7 fois plus élevé et un niveau d’engagement 1,4 fois plus fort, et avaient plus de trois fois plus de chance de rester dans leur entreprise actuelle.

La différence entre sens et bonheur


Dans une étude récente, Shawn Achor et son équipe de chercheurs ont constaté que neuf personnes sur 10 étaient prêtes à renoncer à un certain pourcentage de leur salaire toute leur vie durant pour occuper un emploi ayant plus de sens à leurs yeux. Cela fait beaucoup de gens qui accepteraient de gagner moins en échange d’un travail qui compte. Mais que cherchons nous vraiment quand nous disons vouloir trouver plus de « sens », et en quoi cela diffère-t-il du bonheur ?
Les philosophes, les penseurs, les artistes et les chercheurs en psychologie sociale peinent depuis longtemps à répondre à cette question. D’après les travaux du psychologue Roy Baumeister et de ses collègues sur le bonheur et le sens, il existe cinq différences entre ces deux notions :

1. Satisfaction des désirs ou des besoins
Satisfaire ses désirs est corrélée au bonheur, mais pas au sens. D’ailleurs, d’après Roy. Baumeister, « il s’avère que la fréquence des sentiments positifs et négatifs n’a aucun rapport avec le sens, qui peut se développer même dans des conditions très difficiles. »


2. Temporalité
Roy Baumeister a observé que si le bonheur est directement lié à la situation « ici et maintenant », le sens « semble provenir d’un assemblage du passé, du présent et de l’avenir, sous la forme d’une espèce d’histoire cohérente ».

3. Vie sociale
Les liens avec les autres sont importants à la fois pour le bonheur et le sens, mais la nature de ces liens influe sur le type d’épanouissement qui en résulte. D’après les travaux de Roy Baumeister, aider les autres donne du sens tandis que se faire aider procure du bonheur.

4. Défis
Le stress, les tensions et les difficultés limitent le bonheur, « mais semblent faire partie intégrante d’une vie très riche en sens », explique Roy Baumeister.

5. Sentiment d’identité
Les actions ou les activités qui permettent « d’exprimer le moi » constituent une importante source de sens. Mais elles ont « très peu pertinentes » en ce qui concerne le bonheur.

Comment privilégier le sens
Les distinctions qui précèdent sont autant de fils conducteurs susceptibles de vous aider à cheminer vers une vie professionnelle dotée de plus de sens, ce qui, d’après les travaux du psychologue Pninit Russo-Netzer, peut in fine conduire également au bonheur. Voici quatre mesures concrètes à prendre pour que votre travail ait plus de sens.

1. Répertoriez vos activités
Identifiez les projets et les tâches qui vous procurent une satisfaction profonde (par opposition à ceux qui sont seulement gratifiants à court terme). Etes-vous épanoui au travail quand vous faites une présentation à vos clients, par exemple ? Etes-vous stimulé quand vous servez de mentor et de coach auprès de collaborateurs moins expérimentés, en pensant à la contribution positive que vos efforts actuels auront sur leur avenir ?

2. Mettez en accord vos valeurs et vos actions lorsque vous fixez vos priorités
Si vos activités de mentor sont liées à votre identité et constituent un moyen de l’exprimer, consacrez-leur un peu de temps toutes les semaines. Si le développement personnel est l’une de vos valeurs fondamentales, adoptez des rituels quotidiens allant dans ce sens, par exemple en écoutant des podcasts, en prenant un cours ou en participant à un groupe de réflexion.

3. Concentrez-vous sur les relations, pas seulement les résultats
Mais, ce faisant, déterminez également comment vous allez vous y prendre, en n’oubliant pas que, d’après les études de Roy Baumeister, contribuer au bien-être des autres est fortement lié à la perception de sens.

4. Partagez « le meilleur de vous-même » avec vos collègues
Dans une optique altruiste, aidez les autres à identifier les activités qui leur permettent d’exprimer véritablement leur personnalité et de trouver du sens à leur travail. Dans l’ouvrage intitulé « Alive at Work », Daniel Cable recommande d’inviter ses collègues à raconter des situations dans lesquelles chacun a donné le meilleur de lui-même. Vous pouvez le faire pour vos pairs et leur demander de vous rendre la pareille.
Avoir une vie pleine de sens, une raison d’être, peut ne pas vous rendre heureux – du moins, à court terme. Cela nécessite de travailler sur soi, de faire des efforts et de s’attaquer à des questions qui peuvent dans un premier temps s’avérer frustrantes. Mais en abordant des situations professionnelles en pleine conscience, en cherchant à aider les autres tout en exprimant sa personnalité, vous arriverez à mettre en pratique les compétences qui vous aideront à trouver la valeur intrinsèque de votre travail.

Susan Peppercorn
Coach et conférencière, spécialiste des transitions de carrière des cadres dirigeants. Elle est l'auteur de « Ditch Your Inner Critic at Work: Evidence-Based Strategies to Thrive in Your Career ». De nombreux journaux et magazines, dont « The New York Times », le « Wall Street Journal », « Fast Company », « The Boston Globe » et « SELF Magazine », font appel à elle pour ses conseils en gestion de carrière.

© SCOPE Training

Un site créé par

logo digitanie

Un site créé par

digitanie logo